Le coup de chaleur

Bien protégé par un pelage abondant , le chien est à l ' abri du coup de soleil mais son système de régulation thermique ne le protège pas du coup de chaleur , gravissime , qui peut le frapper s ' il reste trop longtemps dans une voiture surchauffée , garée sur une aire d ' autoroute , sur la plage ou sur un parking de supermarché en pleine canicule .

DE L ' AIR

Tous les maitres savent bien que leurs chiens n ' éliminent pas la chaleur de la mème façon qu ' eux . Les chiens sont dépourvus de glandes sudoripares : ils ne suent pas , sauf au niveau des coussinets plantaires , seule région pourvue en glandes sudoripares . Chez le chien , la régulation de l ' oméostasie thermique ( maintien de la température corporelle constante ) se fait par une polypnée : une ventilation fréquente amène rapidement de l ' air frais au contact du réseau vasculaire pulmonaire . Tant que l ' animal est dans une atmosphère " fraiche " , ce système fonctionne , mais , dès lors qu ' il se trouve emprisonné dans un espace restreint , parfois surchauffé comme peut l ' etre une voiture , mème avec la fenètre entrouverte , l ' air qu ' il respire est déjà presque à la température du sang , et l ' effet régulateur de la polypnée ne joue plus . Pis ... c ' est l ' effet contraire qui est obtenu : par ses efforts pour respirer , le chien augmente sa température corporelle .

42 ° ......SOUS LE SOLEIL

Dès que ce cycle infernal de polypnée thermique en atmosphère chaude s ' est mis en place , le chien se trouve en danger de mort imminente . Sa température corporelle monte en flèche , atteignant 42 ° et parfois plus . Le chien se met à baver , produisant une bave très mousseuse , qui accélère sa déshydratation ; ses muqueuses passent rapidement du rouge sombre , congestif , à un bleu inquiétant . La congestion cérébrale , l ' oedème pulmonaire , qui sont les principales conséquances du coup de chaleur , exigent que l ' on intervienne très rapidement tout en conduisant le chien chez le vétérinaire le plus proche .

Il ne faut pas craindre d ' employer tous les moyens , mème de fortune , qui vont permettre de diminuer la température corporelle : draps mouillés , sortir de bain , serviettes , poche de liquide réfrigérant de la glacière , etc...., tout est bon pourvu que ce soit frais .

 

EN ETAT DE CHOC

C ' est ainsi que ce définit l ' état clinique du chien . Le choc est essentiellement circulatoire , c ' est-à-dire que l ' apport en sang et en nutriments pour les cellules ne répond plus aux besoins vitaux de l ' organisme . Premiers touchés par ce défaut d ' apport nutritionnel , les cellules du système nerveux et le cerveau . L ' altération des fonctions neurologiques entraine une diminution de l ' état de vigilance de l ' animal pouvant aller jusqu ' au coma .

Les structures nerveuses étant très fragiles , la restauration de l ' apport en oxygène et nutriments doit intervenir aussi rapidement que possible , sous peine de voir les lésions devenir irréversibles et créer des séquelles importantes . Au niveau circulatoire également , des microthrombi ( petits caillots de sang dans les vaisseaux ) se forment dans tout l ' organisme , principalement dans le foie et les reins . On parle de coagulation intravasculaire disséminée ( CIVD ) . Là aussi , les conséquences sont graves puisque le travail d ' émonctoire ( élimination des déchets ) du foie ou du rein , particulièrement mis à contribution en ces circonstances , se trouve entravé . On visualise parfois ces coagulations anormales au niveau des muqueuses , où apparaissent de petits hématomes .

Face à un tel tableau clinique , le vétérinaire devra mettre en oeuvre un traitement qui alliera des moyens physiques simples pour diminuer la température corporelle et des moyens de restauration de la circulation et de diminution de la congéstion cérébrale à l ' aide de perfusions . Ce n ' est qu ' au prix d ' une telle thérapeutique , effectuée dans les meilleurs délais , que le chien peut espérer recouvrer toutes ses capacités .

 

 



 

LES PRECAUTIONS A PRENDRE

 

Les races brachycéphales , tels les boxers et le boston terrier , ont une prédisposition au coup de chaleur en raison de leur anatomie . Dotés d ' un nez court , présentant parfois une sténose des narines , elles ont un voile du palais disproportionné ( aussi long que le palais dur , alors que , chez les mésocéphales , la longueur du palais mou est égale à la moitié de celle du palais dur ) . Chez ces races , aussi , la sténose trachéale n ' est pas rare . L ' hyperventilation déclenchée par la chaleur de l ' atmosphère sera donc moins efficace , nécessitera plus d ' efforts et pourra etre source de collapsus respiratoire .

La voiture exposée au soleil reste certes la principale cause , inadmissible , du coup de chaleur . Cependant , mème lorsque la voiture roule , la place que le chien occupe à l ' arrière est souvent surchauffée ; il convient donc de vérifier régulièrement l ' état du chien , de veiller à son hydratation . Pendant les longs trajets , penser à se reposer , à laisser souffler son moteur et à faire boire son chien toutes les deux heures . En été , la surveillance ne s ' arréte pas à la voiture . Le chien contrairement au chat , supporte mal de rester exposé en plein soleil . Si vous etes au bord de l ' eau , n ' hésitez pas à lui faire prendre un bain régulièrement . Maintenez à sa disposition un coin d ' ombre et de l ' eau fraiche . Evitez tout exercice physique aux heures les plus chaudes de la journée ( de 11 heures à 16 heures )

 

 


LES SIGNES A RECHERCHER

 

• Augmentation de la fréquence respiratoire et salivation importante

• Augmentation de la température corporelle ( jusqu ' à plus de 41 ° )

• Les muqueuses sont bleues voir violettes

• des raclements respiratoires sont audibles

• le chien tremble et parfois convulse

• La vigilance diminue , le chien pouvant tomber dans le coma

 

 



 


CONDUITE A TENIR

 

Placer le chien dans un endroit plus frais , à l ' ombre . Il faut le refroidir progressivement . On commencera par mouiller la région du coup , où se trouvent les centres de la thermorégulation et les vaisseaux sanguins alimentant le cerveau , puis le reste du corps ( enveloppement avec des linges humides frais par exemple ) . Une fois le chien ainsi mouillé , il est possible de l ' immerger totalement dans l ' eau froide , jusqu ' à ce que sa température rectale soit redevenue normale . Il faut bien le surveiller ; l ' état semi-comateux dans lequel il se trouve l ' empèche de controler sa motricité  notamment de maintenir sa téte hors de l ' eau . Lui fournir de l ' eau fraiche à boire pour compenser la déshydration . On peut mettre une poche de glace sur sa téte afin de prévenir l ' apparition des lésions neurologiques . Le conduire rapidement chez un vétérinaire .

 

 

A NE PAS FAIRE

• L ' immerger brutalement dans de l ' eau glacée

• Manipuler en permanence un chien en train de convulser

 

 


Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site