La Leishmaniose canine

Commune à l ' homme et à l ' animal , la leishmaniose est une zoonose grave contre laquelle il n ' est pas encore possible de s ' immuniser .

Cette maladie parasitaire est due à un protozoaire ( lesishmania infantum ) qui colonise certaines cellules sanguines , très précisément les macrophages mononucléés . Les leishmanies , ainsi que l ' on appelle ces parasites , sont inoculées dans l ' organisme par un petit moustique ( le phlébotome ) qui est à la fois hote et vecteur du parasite , c ' est-à-dire qui héberge et transmet l ' agent infectieux . Dans notre pays , cette maladie sévit principalement dans le sud ; elle demeure sporadique ailleurs .

LES SIGNES DE LA MALADIE

La leishmaniose se présente sous deux formes : une aigue , qui est rare , et une forme chronique , beaucoup plus fréquente .

La forme aigue s ' observe surtout chez le jeune chien . elle se traduit par de la fièvre et des tremblements musculaires , et évolue vers la mort en quelques jours .

La forme chronique ne touche que les adultes . Elle associe à des degrés divers des signes généraux , des signes cutanéo-muqueux , des signes ganglionnaires , enfin des signes oculaires , viscéraux, neurologiques et polyarticulaires .

Les signes généraux consistent essentiellement en un abattement , un amaigrissement , une amyotrophie et une hypertermie cyclique . Une anémie peut également s ' ajouter à ces symptomes généraux . Les signes cutanéo-muqueux se traduisent par des dépilations siégeant principalement sur la tete , l ' encolure , la partie inférieure du thorax , les extrémités des membres , la queue . Un épaississement de la peau ( hyperkératose ) y est souvent associé . Il n ' est pas rare que la truffe soit sèche et fendillée . D ' autres symptomes cutanés peuvent etre observés .  Ainsi note-t-on parfois un allongement des griffes ( ongles de fakir ) et des ulcérations recouvertes de croutes jaunatres au niveau des narines , des oreilles , des yeux , des coussinets plantaires .

Des lésions de la bouche et de la muqueuse respiratoire ( responsables d ' hémorragies nasales ) sont également fréquentes . La présence de squames brillantes , amiantacées ( futur leishmanien ) complète ce tableau .

Les signes ganglionnaires sont caractérisés par une hypertrophie des ganglions superficiels et profonds . Les symptomes oculaires se présentent sous la forme d ' une kératite ou d ' une uvéite , mais ils ne sont pas constants .

Dans les formes viscérales , rares chez le chien , ce sont les atteintes digestives et rénales qui prédominent : une diarrhée et une insuffisance rénale en sont les manifestations cliniques . Enfin , des formes neurologiques et des formes polyarticulaires ont été signalées .

 

ETABLIR LE DIAGNOSTIC

Le diagnostic de la maladie est clinique ( diagnostic de suspicion ) et paraclinique ( diagnostic de certitude ) ; c ' est l ' observation du parasite dans le liquide ramené par la ponction ganglionnaire ou dans la lymphe dermique qui signe le diagnostic .

Un examen sérologique permet en outre de mettre en évidence les anticorps spécifiques de la maladie.

 

TRAITER MAIS PAS GUERIR

Le traitement fait appel aux dérivés stibiés ( dérivés de l ' antimoine ) ou aux dérivés des diamines aromatiques . D ' autres substances sont à l ' essai , en particulier les dérivés de l ' imidazole . A ce traitement , on associe généralement un traitement symptomatique pour corriger les troubles digestifs ou rénaux . Il est important de signaler que le traitement de la leishmaniose canine ne guérit pas définitivement l ' animal mais le " blanchit " . En d ' autres termes , les symptomes disparaissent , mais l ' animal reste porteur du parasite et devient donc à son tour un réservoir . Dès lors se pose la question : faut il ou non garder l ' animal ? Il est certain que si l ' environnement est riche en phlébotomes , donc en vecteurs de la maladie , ceux-ci ont de grandes chances de se contaminer au contact de l ' animal leishmanien et de transmettre le protozoaire aux animaux et aux humains qui l ' entourent .

 

LA PREVENTION

Dans les zones d ' endémie , la prévention est essentiellement axée sur la lutte contre les vecteurs et sur la destruction des gites propices à leur reproduction . On ne peut malheureusement pas envisager de prophylaxie médicale puisqu ' il n ' existe à ce jour aucun vaccin contre la leishmaniose .

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site