L' Hépatite de Rubarth

 

 

L ' hépatite de Rubarth est une maladie qui peut avoir des conséquences graves . Bien que , semble-t-il , le virus qui en est responsable ait perdu de sa virulence , la prudence impose la vaccination.

PLUSIEURS FORMES CLINIQUES

L ' hépatite de Rubarth est ue maladie d ' origine virale qui peut s ' exprimer de différentes façons . Dans sa forme suraigue, elle frappe essentiellement les chiots , lesquels meurent en quelques heures sans avoir présenté de symptomes évidents .

Les formes aigues s ' observent chez les jeunes comme chez les adultes ; après une incubation de deux à trois jours , la maladie se manifeste par des troubles digestifs ( vomissements , diarrhées ) douloureux associés à des symptomes ganglionnaires . De dix à quinze jours après l ' infection , des signes oculaires peuvent apparaitre ( dans 10 à 20 % des cas ) : la cornée se colore en bleu , et l ' on parle de " kératite bleue " , expression tout à fait impropre , car il s ' agit nullement d ' une kératite mais d ' un oedème cornéen . Des complications rénales peuvent également etre observées . Tous ces symptomes peuvent évoluer favorablement et disparaitre totalement ; cependant , il arrive que l ' oedème cornéen s ' installe définitivement , compromettant la vision de l ' animal . Heureusement , de tels cas sont devenus exceptionnels .

Quelque soit la forme , la maladie de Rubarth provoque des lésions hépatiques dont la traduction clinique n ' est pas toujours nette , mais que l ' on constate systèmatiquement à l ' autopsie ( dans le cadre d ' un diagnostic médico-légal ) , les cellules hépatiques présentant des inclusions tout à fait caractèristiques .

Le virus de l ' hépatite peut également entrainer des manifestations cliniques n ' ayant aucun rapport avec le foie . Il peut , en particulier , etre à l ' origine de troubles respiratoires ( rhino-trachéo-bronchite ) identiques à ceux qu ' un autre virus du mème type ( adénovirus de type 2 ) est succeptible de déclencher .

 

UNE MALADIE PAS FACILE A RECONNAITRE

Le diagnostic de la maldie est difficile à établir par simple examen clinique . Cependant , une " kératite bleue " dans un contexte de symptomes digestis , chez un jeune chien , évoque une hépatite de Rubarth . Des examens biochimiques attesteront une atteinte hépatique ( élévation du taux de transaminases dans le sang ) mais ne permettront pas de poser le diagnostic de certitude , lequel est fondé sur la mise en évidence du virus dans le foie ou les reins , soit par culture ( méthode couteuse et rarement employée ) , soit par la recherche dans les cellules contaminées des inclusions spécifiques .

 

SOIGNER , MAIS SURTOUT PREVENIR

La thérapeutique de cette maladie virale est symptomatique , visant essentiellement à corriger les symptomes digestifs et les symptomes oculaires . Elle est d ' abord fondée sur la réhydratation ainsi que sur l ' administration de pansements digestifs et d ' antiseptiques intestinaux . Les complications oculaires sont traitées à l ' aide de collyres à base d ' atropine et contenant de la cortisone .

LA PREVENTION

Principalement médicale , elle s ' appuie sur la vaccination . Les vaccins contre l ' hépatite de Rubarth dont on dispose aujourd ' hui sont excellents et dénués de toute réaction , ce qui n ' était pas le cas , il y a quelques années . En effet , les précédents vaccins , préparés à partir de souches d ' adénovirus de type 1 ( virus de l ' hépatite de Rubarth ) , pouvaient déclencher des "kératites bleues " dont l ' évolution n ' était pas toujours favorable . Désormais , ces vaccins , préparés en France à partir de souches d ' adénovirus de type 2 , protègent non seulement de la maladie respiratoire ( entrant dans le contexte toux de chenil ) , que provoque habituellement ce dernier virus , mais également de la maladie de Rubarth , sans entrainer les réactions vaccinales énoncées précédemment .

La première injection se fait à partir de la septième semaine , la 2e à 3-5 semaines d ' intervalle mais jamais avant la 12 em semaines . Les rappels ont lieu tous les ans , puis tous les deux ans . ( voir vaccinations )


RAPPELS

Trois formes différentes :

La forme suraigue

Elle touche uniquement le chiot qui meure en quelques heures d ' une Hépatite foudroyante .

La forme aigue :

Elle frappe essentiellement les jeunes animaux . Le chien est fièvreux ( 40 à 41°C ) et présente une inflammation des amygdales. Puis apparaissent des troubles digestifs ( diarhées , vomissements , douleur abdominale ) et parfois oculaire ( conjonctivite , oedème de la cornée )

Forme atténuée : elle se limite à une fièvre passagère associée à de la diarrhée et des vomissements .

 


A NOTER :  L ' Hépatite de Rubarth fait partie des Vices rédhibitoires


Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site