L ' Epilepsie , une maladie spéctaculaire

L ' épilepsie est une maladie due à un fonctionnement anormal du cerveau . Elle se manifeste par des crises convulsives d ' intensité variable . Elles peuvent etre la conséquence d ' une lésion cérébrale ou d ' un trouble métabolique . Mais chez certaines races , cette affection présente un caractère héréditaire . Il est alors déconseillé de faire reproduire ces animaux .

L ' épilespie est décrite chez l ' homme depuis l ' antiquité . Cette affection neurologique est toujours très impressionnante et spectaculaire et pourtant , la plupart du temps , elle ne dure que quelques minutes et ne met pas en danger la vie de l ' animal . Elle se manifeste sous la forme de crises convulsives . Ces crises peuvent etre partielles , c ' est-à-dire qu ' elles ne vont affecter qu ' une partie du corps du chien . Dans ce cas les symptomes sont variés . Certaines fois , ils sont prioritairement d ' ordre psychique avec des hallucinations , des signes de peur ou d ' agressivité . D ' autres fois , les troubles sont plutot d ' ordre moteur avec des contractions d ' un groupe de muscles , le pédalage d ' un membre où encore des déambulations  . Mais la plupart du temps , l ' épilepsie se présente sous la forme d ' une crise généralisée où l ' ensemble du corps est affecté .

Les crises peuvent etre précédées d ' une phase dite d ' Aura ou phase pré-épileptique . Elle se manifeste par un changement de comportement qui peut durer une à deux minutes . Ensuite vient la phase dite tonique , caractérisée par une contraction généralisée de tous les muscles . Le chien est couché sur le coté , la téte renversée en arrière . Les membres sont raides et écartés . La respiration est anormale et les muqueuses peuvent etre bleutées par une mauvaise oxygénation . Dans un deuxième temps vient la phase clonique où alternent les contractions et le relachement de tous les muscles . Le chien pédale sans arret avec un machonnement convulsif souvent accompagné d ' une abondante salivation . La respiration est bruyante et le chien peut uriner et déféquer sous lui . Cette phase ne dure que quelques minutes . Enfin s ' enchaine la troisième phase dite de stertor , par la respiration bruyante qu ' elle entraine . Elle correspond à un retour progressif à la normalité . Le chien reprend conscience et finit habituellement par se relever dans les cimq minutes qui suivent . Mais certaines fois , cette phase dure plusieurs heures pendant lesquelles le chien est désorienté . Il peut de mème présenter des difficultés à se déplacer et souffrir d ' une perte de vision transitoire ou encore présenter une soif ou une faim excessive . La plupart du temps le chien est très fatigué et dort pendant de longues heures .

L ' épilepsie peut etre secondaire à un grand nombre de maladies comme les intoxications , les traumatismes craniens et les encéphalites , les troubles métaboliques ou vasculaires et enfin aux malformations congénitales . Mais l ' épilepsie peut aussi etre primaire . Elle est alors appelée épilepsie essentielle . On ne connait pas actuellement la cause de cette maladie . Elle se caractérise par des crises convulsives récidivantes chez des animaux qui ne présente aucune lésion ni aucune anomalie métabolique . Cette maladie touche environ un pour cent de la population canine .

 

QUAND L ' EPILEPSIE EST HEREDITAIRE

On a démontré son caractère héréditaire chez certaines races comme le tervuren , le keeshond , le beagle , le berger allemand et le golden retriever . Ce facteur héréditaire est fortement suspécté chez d ' autres races comme les colley , teckel , setter irlandais , caniche , husky , fox terrier poil lisse , , cocker spaniel , saint-bernard , labrador , schnauzer nain et bouvier bernois . Par conséquent , il est fortement déconseillé de faire reproduire les chiens épileptiques appartenant à l ' une de ces races . On ne connait pas à l ' heure actuelle les modalités précises de la transmission génétique . A la différence des crises convulsives secondaires à une autre affection , l ' épilepsie essentielle se traduit par des crises convulsives récidivantes toujours brèves et identiques et chez des chiens qui , en dehors des crises , sont en parfaite santé . La première crise apparait généralement entre l ' age de un à trois ans . Ensuite , elle se présente avec une certaine périodicité qui n ' est pas prévisible . La période entre les crises peut etre de quelques jours à quelques semaines ou quelques mois . L ' apparition de crises peut etre favorisée par des facteurs déclenchants comme des stimulations sonores , orages et feux d ' artifice , stress émotionnels , douleurs ou démangeaisons intenses .

 

UN TRAITEMENT A VIE

Chez la chienne , les chaleurs ou grossesses nerveuses peuvent favoriser l ' apparition des crises . Certains médicaments comme les anesthèsiques ( kétamine et acepromazine ) peuvent déclencher des crises d ' épilepsie chez des animaux prédisposés .

En ce qui concerne l ' épilepsie secondaire , il suffit de traiter la cause primaire et les crises rétrocèdent spontanément sans nécéssité d ' administer un traitement antiépileptique . Dans le cas de l ' épilepsie essentielle après un diagnostic par exclusion , l ' instauration d ' un traitement sera envisagée lorsque les crises se rapprochent avec une fréquence de plus d ' une crise par mois ou lorsqu ' elles se présentent sous la forme de plusieurs crises groupées .

Le traitement initial est à base d ' un barbiturique , le phénobarbital ( gardénal ) administré par voie orale . Ce médicament également utilisé en médecine humaine peut altérer le fonctionnement correct du foie . Un surdosage peut donner lieu à une intoxication . Il se manifeste par une somnolence , une perte de coordination lors de la marche et une soif très importante . C ' est l ' une des raisons qui motive la nécessité de réaliser après trois semaines après le début du traitement une consultation de controle afin de vérifier la tolérance au traitement et son efficacité . Le vétérinaire évalue l ' état général du chien , la fréquence et l ' intensité des crises . Un controle sanguin doit etre effectué pour mesurer le taux de gardénal dans les valeurs normales d ' efficacité thérapeutiques et que les crises se sont éstompées ou  ont totalement rétrocédées , le traitement sera poursuivi à la mème dose avec de nouveeaux controles cliniques et sanguins six semaines plus tard et puis deux fois par an .

Lorsque les crises persistent avec la mème intensité et que le taux de gardénal est inférieur à la valeur efficace , la dose est augmentée de 30 % avec un nouveau controle trois semaines plus tard . La dose pourra etre augmentée progressivement jusqu ' à l ' obtention du résultat souhaité , toujours avec des controles sanguins . Mais il peut arriver que malgré un taux sanguin de gardénal optimal , les crises ne rétrocèdent pas . Il faudra alors associer un autre médicament anti-épileptique ou changer radicalement de traitement . Le traitement devra etre poursuivi pendant toute la vie du chien avec des contoles médicaux réguliers . C ' est la raison pour laquelle il ne saura instauré qu ' à partir du moment où il existe la certitude qu ' il ne peut s ' agir de crises convulsives secondaires à une autre affection .

 


EVITER LES FACTEURS DECLENCHANTS

 

L ' épilepsie essentielle est une maladie incurable . Le but du traitement est de diminuer la fréquence et l ' intensité des crises et dans le meilleur des cas les suprimer , ce qui n ' est pas toujours possible . Mais l ' apparition des crises est souvent sujette à l ' existence de facteurs déclenchants . Il est alors souvent très facile d ' éviter l ' exposition de l ' animal à ces facteurs externes .

• Les stimulations sonore violentes comme les orages ou les feux d ' artifice : si  l ' on ne peut éviter l ' exposition du chien à de telles nuisances sonores , l ' administration de sédatifs peut se révéler très efficace .

• un stress émotionnel

• Les manipulations douloureuses

• Les chaleurs ou les grossesses nerveuses : la stérilisation est alors un acte thérapeutique qui sera suffisant pour éviter l ' apparition de crises

• certains anesthésiques ou tranquilisants : il est primordial de signaler au vétérinaire avant toute anesthésie que le chien est épileptique

• Des démangeaisons importantes causées par la présence de parasites .

 



 

QUE FAIRE FACE A UNE CRISE D ' EPILEPSIE

 

Les crise d ' épilepsies sont très spectaculaires . La plupart du temps , elles ne durent que quelques minutes . Il faut isoler l ' animal et limiter le nombre de stimulations sonores et visuelles et ne pas essayer de le transporter . Lorsque la crise prend fin , il est important de laisser le chien au calme , sans lumière ni bruits , puis d ' aller consulter un vétérinaire et lui rapporter les circonstances exactes de l ' apparition de la crise . Il réalisera tous les examens nécessaires afin de poser un diagnostic d ' épilepsie secondaire ou essentielle . En premier lieu , il effectura un examen sanguin et un examen d ' urines . Mais il se peut qu ' il soit nécessaire de procéder à des examens plus complexes comme une échographie ou un scanner . lorsque les crises durent plus de quelques minutes ou s ' enchainent  les unes après les autres , le chien doit etre hospitalisé dans les plus bref délais .

 



 

LE STATUS EPILEPTICUS ,

UNE VERITABLE URGENCE

 

Lorsque les crises se rapprochent , le risque est de passer au stade de Status epilepticus , qui n ' est autre qu ' un état d ' épilepsie continuelle sans période de retour à la normale . Il peut aboutir au coma ou à la mort de l ' animal . Il doit etre considéré comme une véritable urgence . Les complications sont alors nombreuses et graves . La température corporelle augmente et la respiration est altérée par la contraction anormale du diaphragme et des muscles intercostaux , et l ' altération des centres de la respiration et des centres nerveux . Une contraction anormale des bronches va entrainer un oedème pulmonaire . Une mauvaise oxygénation du muscle cardiaque est à l ' origine de troubles du rythme cardiaque . Des troubles métaboliques tels qu ' une hypoglycémie , des lésions cérébrales irréversibles avec oedème et hypertension intracranienne vont compliquer cette forme de crise et entrainer la mort de l ' animal si aucun traitement d ' urgence n ' est mis en place . Seul du valium ou du gardénal par voie intravéneuse ( ou intrarectal pout le valium ) peut enrayer la crise . Un tub endotrachéal devra etre mis en place afin d ' assurer une respiration efficace avec oxygène et perfusion . Le chien peut mettre plusieurs jours à revenir à un état de santé normal . Ce type de crise se présente plus fréquemment chez des chiens qui ont des périodes postépileptiques longues .

 


 

Un chien qui convulse n ' est pas toujours un chien épileptique 

Les causes de convulsions chez le chien sont nombreuses . Certaines peuvent revétir l ' aspect d ' une crise d ' épilepsie tout en étant secondaires à une autre affectin . Les crises cesseront dès la mise en place d ' un traitement de la cause primaire . Parmi les plus fréquentes :

• Les troubles cérébraux

• Les traumatismes craniens , les encéphalites comme celle due à la maladie de carré , les tumeurs cérébrales primaires ou secondaires à des tumeurs cancéreuses localisées dans d ' autres organes , certaines malformations congénitales comme l ' hydrocéphalie fréquente chez le yorkshire et le caniche , les troubles vasculaires .

• L ' hypoglycémie , en particulier celle du chiot de petite race non vermifugé ou encore chez le chien de chasse après un exercice violent et les tumeurs du pancréas

• L ' hypocalcémie de la chienne en lactation

• Des anomalies du foie telles que l ' encéphalose hépatique ( maladie causée par une circulation sanguine du foie insuffisante ) ou la cirrhose .

les intoxications par les insecticides et les herbicides ou encore l ' antigel

• Certaines affections cardiaques

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×