Le Pyomètre

Le terme de métrite a été inventé au XIX e siècle et désigne un ensemble de maladies de l ' utérus , ayant chacune tendance à se produire à des périodes bien particulières .

LE PYOMETRE

La métrite la plus fréquente et la plus redoutable est le pyomètre . Elle est caractèrisée par une accumulation de pus dans l ' utérus , souvent en grande quantité( près d ' un litre chez des chiennes de grande taille ) et ne survient que pendant les deux mois qui suivent les chaleurs , lorsque la chienne est sous imprégnation par l ' hormone progestérone .

Le pyomètre est plus fréquent chez des chiennes de plus de 6 ou 7 ans mais certains traitements hormonaux ( avortements aux oestrogènes surtout ) peuvent l ' induire chez des femelles plus jeunes .

Deux variantes de cette maladie existent :

• soit le col de l ' utérus permet un drainage partiel et le pyomètre est dit " à col ouvert " . On observe alors dans les semaines qui suivent la fin des chaleurs un écoulement plus ou moins muqueux ou purulent à la vulve . Le pus est souvent de couleur brun-chocolat .

• soit le col est fermé et étanche : le pus s ' accumule alors dans l ' utérus . on est en présence d ' un pyomètre " à col fermé " .

En général , dans les deux cas , l ' état général de la chienne atteinte reste bon très longtemps . Lorsque les symptomes apparaissent , au bout de une à trois semaines , ils varient selon les animaux : léthargie , forte fièvre , refus de manger , augmentation de la soif , vomissements , diarrhées , incontinence nocturne , douleur lorsqu ' on soulève la chienne par le ventre . Il est essentiel de consulter son vétérinaire avant que de tels symptomes , qui correspondent à une maladie déjà bien avancée , n ' apparaissent . C ' est-à-dire dès que l ' on remarque un écoulement suspect au niveau de la vulve dans les semaines qui suivent les chaleurs .

Le pyomètre à col fermé est plus pernicieux . Du fait qu ' aucune fuite purulente n ' est visible , le propriétaire est parfois alerté un peu tardivement de l ' état de sa chienne , au moment où les symptomes cités ci-dessus font leur apparition . Aussi , si vous suspectez quelque chose d ' anormal , n ' hésitez pas à consulter votre vétérinaire . En matière de pyomètre , plus le traitement intervient tot dans l ' évolution de la maladie et meilleur est le pronostic .

Les complications des pyomètres sont fréquentes et toujours graves . La présence d ' une infection utérine ou de pus collecté peut entrainer une métropéritonite ( métro= utérus ) , en cas de rupture d ' une corne utérine .

Les insuffissances rénale et hépatique sont toujours à craindre , ce qui justifie pleinement le recours au bilan sanguin pour émettre un pronostic fiable .

Sur le plan biologique , la diminution du nombre de globules rouges ( anémie ) , l ' excès de globules blancs ( hyperleucocytose ) , l ' augmentation du taux d ' urée et de la créatinine constituent le tableau de la métrite chronique .

 

 DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT

Il est simple pour cette affection .

 Mème si l ' écoulement de pus n ' est pas évident , un frottis vaginal permet de confirmer l ' existence d ' une infection génitale . Une radiographie ou une échographie permettra au vétérinaire de visualiser l ' augmentation de la taille de l ' utérus par suite de l ' accumulation de pus . Le plus simple serait la palpation du ventre de la chienne mais celle-ci  a souvent tendance à se contracter du fait de la douleur .

Très souvent , le vétérinaire effectue en plus  une prise de sang pour se rendre compte du degré de l ' infection et également pour évaluer le fonctionnement rénal . En effet , la grande quantité de pus présent dans l ' utérus entraine un passage de toxines dans le sang et une répercission au niveau de fonctionnement des reins . Cela explique l ' augmentation de la soif présentée par des chiennes atteintes de pyomètre ( polydipsie ) .

Jusqu ' à une période très récente , le pyomètre ne pouvait se guérir que chirurgicalement , en procédent à une ablation de l ' utérus et des ovaires ( ovariohystérectomie ) à un stade le plus précoce possible ; la chienne est alors encore assez en forme et se remet bien de l ' opération .C ' est , il faut bien le reconnaitre , le traitement qui présente le moins de risque pour elle . Mais il a l ' inconvénient de stériliser définitivement les femelles reproductrices .

Des systèmes de drainages avec des cathéters en passant par le col de l ' utérus ou par une incision sur le ventre ont été tentés par certains vétérinaires . Ils ne se sont pas révélés suffisants et l ' état général de la chienne se dégrade trop vite .

Heureusement pour les éleveurs , certains traitements médicaux ont récemment vu le jour . Ils sont composés d ' injections d ' un type d ' hormone , les prostaglandines , qui crée des contractions de l ' utérus permettant sa vidange . Ce traitement est efficace à 60 % dans les cas de pyomètres ouverts diagnostiqués suffisamment tot . Dans le cas de pyomètres fermés , il ne marche que si le col de l ' utérus s ' ouvre dans les trois premiers jours du traitement ; il faut y renoncer si ce n ' est pas le cas .

Il est indispensable d ' hospitaliser la chienne à pyomètre suivant un traitement aux prostaglandines . Ainsi le vétérinaire pourra effectuer des bilans plusieurs fois par jours qui lui permettront , en cas d ' aggravation de la maladie , de pouvoir opérer  sans délai . Notons qu ' une administration d ' antibiotiques accompagne toujours le traitement aux prostaglandines.

Un tel traitement ne peut s ' envisager que si l ' état général de l ' animal est bon , autrement dit si le diagnostic du pyomètre a été précoce . Sachant qu ' un pyomètre mal traité entaine assez rapidement la mort de l ' animal , tout traitement aux prostaglandines ne doit se faire qu ' en toute connaissance de cause de la part du propriétaire , qui doit accepter de prendre le risque de retarder l ' opération .

Ceci étant dit , et contrairement à ce qui est parfois affirmé , les prostaglandines représentent un traitement souvent efficace . Les chiennes guéries reproduisent sans problèmes par la suite . Du fait des risques de récidive , il semble d ' ailleurs recommandé de les faire porter dès le cycle suivant .

Notons que les prostaglandines ont souvent tendance à avancer la date des chaleurs suivantes d ' environ un mois , c ' est normal .

Du fait que légalement les prostaglandines n ' ont pas en théorie le droit d ' etre utilisées chez des chiennes , certains vétérinaires hésitent à les employer . Si vous etes éleveur ou si il est important que votre chienne garde ses aptitudes à la reproduction , n ' hésitez pas à insister auprès de lui quitte à lui signer une décharge le dégageant de toute responsabilité s ' il attend pour procéder à une intervention chirurgicale , afin de pouvoir tenter un traitement aux prostaglandines .

 


LE PYOMETRE : UNE INFLUENCE HORMONALE AVANT TOUT

Dire que les bactéries ne jouent aucun role dans l ' apparition d ' un pyomètre serait probablement faux puisque celles-ci sont responsables  de la grande quantité de pus qui se forme dans l ' utérus au cours de cette maladie . Cependant les agents infectieux ne déclenchent pas un pyomètre si un déséquilibre  hormonal ne préexiste pas .

Après les chaleurs , la sécrétion de progéstérone par l ' organisme de la chienne stimule la prolifération de la muqueuse de l ' utérus et il n ' y a pas de pyomètre sans cette prédisposition hormonale . Dans le mème temps , la contractilité de cet organe diminue , ce qui favorise l ' accumulation des substances sécrétées par les glandes utérines qui sont alors un merveilleux milieu de multiplication pour les bactéries .

Si on observe ( au cours d ' une opération de routine par exemple ) l ' aspect d ' un utérus juste avant qu ' un pyomètre apparaisse , cet organe est souvent augmenté en épaisseur et plus ou moins kystique . C ' est le stade de l ' hyperplasie glandulo-kystique . Ce phénomène est du à l ' augmentation de la taille et du nombre des glandes utérines . Très souvent , il n ' y a aucun drainage des produits de sécrétion qui stagnent dans la lumière utérine . On parle alors de mucomètre . Un tel stade peut persister plusieurs années avant un développement en pyomètre .

 



SURVEILLANCE

Dans tous les cas , surveillez votre chienne dans les deux mois qui suivent les chaleurs

Les pyomètres apparaissent toujours , du fait de leur origine hormonale , dans les deux mois qui suivent les chaleurs ( période du dioestrus ou metoestrus ) . C ' est donc pendant ces deux mois qu ' il convient de particulièrement surveiller la chienne . Il faut examiner tous les jours la vulve pour repérer  un écoulement suspect .

Il est sage de bien observer le comportement de sa chienne . Si elle semble fatiguée , qu ' elle perd l ' appétit ou qu ' elle se met à boire énormément , il ne faudra pas hésiter à prendre un avis auprès de son vétérinaire .

 

RAPPEL DES SYMPTOMES

• léthargie

• forte fièvre

• refus de manger

• augmentation de la soif

• vomissements

• diarrhée

• incontinence nocturne

• douleur du ventre lorsqu ' on soulève la chienne

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site